Nos conseils pour réussir son déménagement à la campagne

Envie de nature, meilleur cadre de vie, logements plus spacieux, grands jardins… De nombreux citadins rêvent de tout plaquer pour vivre à la campagne et se tournent désormais vers les communes périphériques pour trouver un bien à leur goût. Où s’installer ? Quelles communes offrent commerces, services, écoles ? Quelles réflexions pour éviter les désillusions ?

conseil de votre coach en immobilier

Trois ans après le premier confinement, l’envie de se mettre au vert perdure. « L’engouement sur un environnement plus calme et verdoyant est toujours aussi présent. Les secteurs “campagne” restent très demandés. Même avec les problématiques bancaires actuelles, je n’ai aucune baisse de demandes sur le secteur des Weppes », note Déborah Vermeersch, Fondatrice de l’agence Je vis ici. « Les acquéreurs sont principalement à la recherche d’un environnement global verdoyant, sans nuisances sonores, sans les bruits de la ville. Les déplacements à vélo ont également beaucoup la côte ! », précise la conseillère. Un ensemble de critères que le secteur des Weppes, avec son environnement calme et ses nombreux chemins de promenade, réunit pleinement. Les acheteurs, couples, familles ou seniors, y sont nombreux avec néanmoins des attentes différentes en fonction notamment de leur âge. Alors que les plus âgés chercheront un plain-pied sur une petite parcelle, les familles avec enfants entre 30 et 45 ans, visent une localisation proche des commodités. 

Une réflexion en amont

L’attractivité de la campagne est toujours présente, mais, avant de se décider à quitter le milieu urbain, mieux vaut se poser un certain nombre de questions. « L’accès et le transport vers les écoles quand on a des enfants sont primordiaux dans le choix de la localisation. Beaucoup d’efforts ont été réalisés notamment dans les Weppes pour favoriser les accès aux grands pôles scolaires. Néanmoins, à la campagne, ce n’est plus le même quotidien : pour les commerces, associations sportives et culturelles, écoles, tous les villages ne sont pas logés à la même enseigne. Sur ce secteur par exemple, il n’y a que Sainghin-en-Weppes ou Fournes en Weppes qui disposent de ce large éventail de services », poursuit la conseillère en immobilier. D’autres villages sont plus pauvres en commodité, rendant ainsi l’usage de la voiture systématique. « Et entre le savoir et le vivre, il y a parfois un décalage ! ». « Quitter la ville est en général un choix réfléchi, confirme Claire Ahache d’Eclaire Immo, coach immobilier dans la Pévèle, mais en général, les acquéreurs se soucient surtout des déplacements des enfants, notamment lorsqu’ils deviennent adolescents ». 

Des prix qui restent élevés

Même constat pour les trajets domicile-travail : les embouteillages restent souvent un gros point noir pour les habitants de la campagne. « Il faut bien vérifier les axes à emprunter ainsi que les horaires », note Claire Ahache. Autre point de réflexion avant de sauter le pas : la taille du jardin, souvent non négligeable dans les biens à la campagne. « C’est parfois une contrainte en termes de temps ou d’argent. Attention donc aux grandes parcelles », prévient Déborah Vermeersh. Côté prix, ce décor privilégié a généralement un coût. « Si vous souhaitez rester près de Lille et proche de tous les commerces, vous paierez cet environnement. Par contre, si vous vous éloignez, vous allez gagner en volume et en qualité de construction pour le même prix », conclut Déborah Vermeersch qui ne note qu’une très légère baisse des prix sur son secteur ces derniers mois. 

Laissez votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÉClaire Immo à votre écoute

Vendez vous-même mais pas solo  ! 

Informations légales

Actu Éclaire Immo

Inscription à la newsletter

Félicitations vous êtes inscrit(e) Un problème est survenu, veuillez réessayer

Contact